Extrait du chapitre 15

Ils s’assirent tous autour de la table ronde en chêne clair de la salle à manger pour déjeuner et faire le point sur la situation. Hortense avait préparé plein de plats différents. Elle avait cuisiné pour dix personnes au moins. La cabane était remplie de toutes les odeurs de nourriture. Elle avait préparé du pain de thon en entrée, un rôti de porc aux mirabelles avec un concassé de courgettes et des pommes de terre à l’origan en plat principal et une mousse au chocolat à la violette en dessert. L’odeur des mets était douce et agréable. En guise de boisson, Hortense avait fabriqué une infusion glacée de fleur d’hibiscus au sirop de géranium citronné. Cette boisson rafraîchissante était exquise. Ils décidèrent tous de manger avant de commencer à parler des problèmes. Ils n’auraient pas pu attendre et réfléchir l’estomac vide. « On trouve plus facilement des solutions le ventre plein », avait conseillé Stephen, qui adorait manger. Devant une assiette bien remplie, l’ancien médecin avait toujours le sourire. Son ventre énorme pouvait en témoignait.

Émeric s’était renseigné sur le monde d’en haut. Personne n’avait senti la drôle d’odeur qui venait du Pays des Senteurs pour l’instant mais, il y avait quand même une recrudescence de violence : petites bagarres, disputes et injures. Il l’avait lu dans les différents journaux qu’il avait achetés ces derniers jours. Sans être dangereuse, la situation était tout de même préoccupante. L’agressivité ambiante pouvait bien avoir des retombées désastreuses. Si pour le moment, dans les deux mondes, il n’y avait pas eu de blessés, personne ne pouvait prédire qu’il n’arriverait rien de grave à un moment ou à un autre. Sachant que dans le monde d’en haut, des armes dangereuses existaient, le danger était bien réel. Cette fois-ci, Justin et Alix étaient allés trop loin et étaient prêts à sacrifier les deux mondes pour assouvir leur soif de vengeance. Il fallait à tout prix les arrêter.

Maëlle était mal à l’aise. Elle se sentait coupable. En effet, on l’avait repérée dans la pharmacie et c’était pour cela qu’ils devaient dorénavant tous faire attention et se cacher. Elle avait été imprudente et avait, de ce fait, contribué largement à compliquer la situation. Elle ne savait pas comment réparer son erreur. Constant, qui s’était aperçu de son malaise, la rassura. Il lui expliqua que personne ne lui en voulait et que maintenant, grâce à elle, ils savaient que Célestin faisait partie du complot. Cela faisait un ennemi de plus révélé au grand jour. De plus, le fait que Maëlle reste avec eux aux Pays des Senteurs était un atout. Comme cela, il n’y avait plus besoin de faire des trajets en haut et risquer d’attirer l’attention. Le jeune homme admit aussi qu’il était très content de l’avoir auprès de lui.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply